Aide aux Schaerbeekois : la commune passe à l’acte

Dès que le gouvernement fédéral a annoncé les mesures pour éviter la propagation du Covid-19, la commune de Schaerbeek a réagi au quart de tour. Il fallait anticiper et répondre aux besoins des Schaerbeekois les plus précarisés. Comment ? En activant le Plan d’Intervention Psychosocial (PIPS). Explications.

En tant que service public de proximité, la commune est en première ligne pour aider les Schaerbeekois touchés par la crise. A travers le PIPS, Schaerbeek a mis en place trois dispositifs spécifiques pour soutenir, assister et rendre des services à la population.

1. Un call center psycho-social

L’équipe du call center général de l’administration communale a été renforcée par une équipe de travailleurs sociaux. Ils répondent aux demandes des Schaerbeekois en difficulté du fait de cette crise sanitaire.

En pratique, une équipe spécifique accueille les appels et offre une écoute, un relais ou une solution concrète aux demandes des Schaerbeekois. Les besoins sont assez variés : faire des courses, colis alimentaires, aide médicale urgente, aides ménagères, soutien psychologique, etc. 

Vous êtes dans cette situation ? Vous connaissez une personne qui rencontre ces difficultés ? Contactez-nous du lundi au vendredi (9h-16h) : 02/244 75 11

Afin de rassembler et de traiter toutes les demandes avec le plus d’efficacité possible, le call center psycho-social se répartit en différents pôles.

L’inventaire

Qui fait quoi ? Qui est disponible et qui ne l’est plus ? Quelles associations ? Quels services ? Un énorme travail d’inventaire est réalisé par cette équipe patiente et dévouée. Cela permet aux répondants du call center psycho-social de disposer d’informations actualisées et ainsi de répondre rapidement aux demandes des Schaerbeekois.

Le suivi social

Certains appels nécessitent un réel travail de suivi social. Celui-ci est pris en charge par une équipe de travailleurs sociaux. L’objectif est de garder le contact avec la personne qui sollicite le call center psycho-social jusqu’à ce que sa situation soit résolue.

L’écoute

Certains Schaerbeekois expriment un grand sentiment de solitude et demandent à être recontactés régulièrement pour discuter et être entendus. Une équipe d’agents communaux rappelle régulièrement ces personnes pour les écouter et évaluer leur situation à distance.

Parmi eux, il y a Barbara et Davide. Barbara est travailleuse sociale au CPAS de Schaerbeek. « On appelle régulièrement une centaine de Schaerbeekois. On discute, de tout, de rien. Parfois, on creuse un peu et on se rend compte que ces personnes ont des demandes d’assistance plus profondes. On les relaie alors pour un suivi social plus poussé », explique-t-elle.

Davide travaille habituellement au service des Cartes de stationnement. « On est surtout en contact avec des Schaerbeekois d’un certain âge et isolés. On peut passer parfois beaucoup de temps au téléphone avec eux et on le fait avec plaisir », affirme-t-il. « Ils sont très reconnaissants du temps qu’on leur accorde », poursuit Barbara. « Et puis, ça fait chaud au cœur de se sentir utile ! »

Barbara et d’autres travailleurs sociaux appellent régulièrement des Schaerbeekois isolés pour prendre de leurs nouvelles et évaluer leur situation à distance. 

L’entraide

Le call center a constaté que les appels reçus expriment souvent des besoins de petits services (faire les courses, aller à la pharmacie…). Il fallait dès lors y répondre. La commune de Schaerbeek a lancé une plateforme qui permet aux agents communaux et aux citoyens de se porter volontaires pour réaliser des petits services aux Schaerbeekois dans le besoin.

Vous êtes prêt à offrir de l’aide à vos voisins ? Inscrivez-vous sur la plateforme.

2. Aller à la rencontre des Schaerbeekois dans les rues

Lutter contre le coronavirus, c’est aussi informer et sensibiliser les riverains sur les mesures décidées par le gouvernement fédéral. Schaerbeek remplit cette mission grâce aux équipes de Gardiens de la paix, Travailleurs sociaux de rue, Gardiens de plaine et agents communaux volontaires qui assurent une véritable présence sur le terrain.

3. Une aide alimentaire pour les Schaerbeekois précarisés

La commune a mis en place tout un dispositif pour constituer des colis alimentaires et les livrer aux Schaerbeekois les plus précarisés qui, en raison de la crise actuelle, ont perdu totalement ou partiellement leurs revenus. Toutes les demandes d’aide alimentaire sont introduites via les institutions de terrain telles que les Travailleurs Sociaux de Rue  (TSR), les asbl schaerbeekoises, le CPAS…

Pour mettre en place ce dispositif d’aide alimentaire qui n’existait pas avant la crise sanitaire, Schaerbeek s’est associée avec l’épicerie sociale Episol. « Notre rôle est d’accompagner au mieux la commune pour organiser le centre de préparation de ces colis alimentaires, explique Chloë, bénévole chez Episol. Il y a des règles alimentaires à respecter, on ne peut pas donner n’importe quoi aux bénéficiaires. Notre objectif est de constituer des colis d’aliments de qualité. »

L’équipe du dispositif d’aide alimentaire est composée d’agents communaux, de citoyens volontaires et de bénévoles de l’épicerie sociale Episol.

Appel aux dons !

Vous êtes commerçant ou citoyen ? Vous souhaitez faire don de denrées alimentaires à ce dispositif d’aide aux Schaerbeekois en difficulté ? Plus d’infos ici.