Histoire de rue : la place Eugène Verboeckhoven

Connaissez-vous l’histoire de votre rue, de votre quartier, de votre commune ? Le service Archives compile les plus belles anecdotes à propos des artères schaerbeekoises. L’artère du jour : la place Eugène Verboeckhoven, connue aussi sous le nom de “Cage aux Ours”.

Ce surnom remonte à la création de la place à la fin du 19e siècle. En 1876, les autorités communales décident de prolonger la rue Royale Sainte-Marie jusqu’à la nouvelle gare de Schaerbeek. Un problème se pose alors : le chemin de fer qui croise le tracé de la rue prolongée.

Deux ponts latéraux

Guillaume Kennis, Bourgmestre et ingénieur de formation, trouve la solution : un grand rond-point est créé et deux ponts latéraux permettent de franchir les voies du chemin de fer. La cuvette centrale est agrémentée d’arbres et d’arbustes divers. On orne les bords du chemin de fer avec des faux rochers en béton, dans le but de masquer les trains de la vue des chevaux qui pourraient s’effrayent.

 

 

Ces rochers ont fait l’objet de moqueries par les adversaires politiques de Guillaume Kennis. Henri Bergé a comparé cet aménagement à celui de la “cage aux ours” du zoo de Berne. Le nom est resté même si les rochers ont depuis longtemps disparus.

Hommage à un peintre animalier

Revenons à son nom officiel, celui d’Eugène Verboeckhoven (1798-1881), peintre animalier qui a vécu à Schaerbeek On lui doit notamment les deux belles têtes d’ânes qui ornent le cabinet du Bourgmestre.

 

Photos au fil du temps