La Journée mondiale de lutte contre la traite des êtres humains

Le 30 juillet 2023 a lieu la Journée mondiale de lutte contre la traite des êtres humains.

Durant la semaine du 24 au 30 juillet, les agents communaux porteront le pin’s Blue Heart et des brochures d’information seront disponibles dans les bureaux de la commune.

La traite des êtres humains, ce n’est pas si loin…

La traite consiste en l’exploitation économique ou sexuelle de personnes à des fins lucratives (travail ou services forcés, prostitution, esclavage ou pratiques analogues à l’esclavage, prélèvement d’organes). Les exploitants ont recours à l’abus d’autorité, à la menace, à la force ou à d’autres formes de contraintes.
Près d’1 victime sur 3 est exploitée par un ou des membres de son entourage proche.

Concrètement, en Belgique, la traite c’est quoi ?

  • En Belgique, des hommes étrangers sont mis au travail sur des chantiers sans le matériel de protection adéquat, habitant dans des caravanes ou des habitations souvent en mauvais état ou sans eau courante. Lorsqu’ils sont victimes d’un accident de travail, ils ne sont pas assurés et ne reçoivent pas les soins médicaux nécessaires.
  • Des hommes et des femmes peuvent être victimes d’exploitation économique. Nous l’observons notamment dans le secteur de l’horeca. Ils travaillent plus de 12 heures par jour comme plongeurs, cuisiniers, personnel d’entretien ou autres et doivent souvent séjourner dans la cave de leur lieu de travail. Ils sont victimes de violence psychique et physique et ont pour instruction de rester invisibles aux yeux de la clientèle de l’établissement horeca. Ils ne peuvent dès lors pas quitter l’endroit où ils dorment pendant la journée, durant les heures d’ouverture de l’établissement horeca.
  • Des mineurs étrangers non accompagnés sont forcés de commettre des infractions et sont utilisés pour commettre des cambriolages ou vendre des stupéfiants.
  • Des proxénètes contraignent des adolescentes belges et femmes étrangères à se prostituer.

En Belgique, ce sont 23.000 personnes présumées victimes de traite actuellement.
Ces situations sont illégales.

Qu’est-ce que je peux faire ?

Vous connaissez ou identifiez quelqu’un qui pourrait se trouver dans cette situation ? Contactez ou aidez la personne à prendre contact avec PAG-ASA, centre d’aide bruxellois aux victimes de la traite des êtres humains. Sortir de ces situations est possible !

Plus d’infos :

PAG-ASA - Rue des Alexiens 16b, 1000 Bruxelles - 02 511 64 64 - info@pag-asa.be - www.pag-asa.be

 

Contact

Simon LETELLIER